Partenaire Siemens PLM de premier plan en Amérique du Nord

Designfusion French Blog

Qui fait quoi? (1ère partie)

Dominic Benoit - Thursday, February 04, 2016

Bien souvent on se fait demander : « Est-ce que Solid Edge peut faire la programmation de la machine qui va produire des pièces? » Ma réponse tourne toujours autour du principe que chaque type de logiciel a sa spécialité. Par exemple quand on fait de la tôlerie il faut découper la pièce dépliée sur une machine par suivi de contour (Laser, plasma, table de fraisage) ou par poinçonnage. Comme on peut s’en douter, chaque type de machine a aussi sa spécialité. Des technologies sont meilleures pour les fortes épaisseurs d’autre sont plus rapides dans le métal mince. Certaines ont une table de coupe très grande et immobile, d’autre comme les poinçonneuses ont une table mobile et d’autres ont une table ne pouvant accueillir qu’une seule pièce à la fois. On n’a qu’à penser aux machines de découpe de panneaux de bois qui peuvent avoir une très vaste gamme d’outils (scies, perceuses, fraises et même des imprimantes à étiquettes) et qui peuvent usiner sur plusieurs faces de la pièce. Ce portrait rapide indique donc l’étendue des spécialisations qu’implique la programmation de la pièce que nous avons à produire.

 

Solid Edge est une plateforme servant à l’ingénierie et au dessin. Les logiciels de programmation quant à eux sont essentiels dans la préparation (hors ligne) des programmes de découpe qui seront lus par la machine. Toutes les machines ne parlent pas exactement le même langage même si le code-G est normalisé, compte tenu du niveau d’instruction que le fabricant de la machine a voulu incorporé dans la tête (le contrôleur) de la machine. Donc, chaque fois qu’un logiciel de programmation écrit un programme pour une machine en particulier, il doit savoir quelles instructions cette machine attend, de quelle manière et aussi, lesquelles il n’a pas besoin de donner. C’est le travail du post-processeur qui vient avec le logiciel de programmation.

 

En ce qui concerne les dessins de pièces, il n’y a aucun moyen de spécifier autant d’information aussi précise sur la technique employée dans la fabrication. Donc, on se contente des géométries de contour intérieurs et extérieurs et des géométries pouvant être gravées. Un autre article de notre blog explique comment utiliser la commande pour préparer le dessin qui servira à la fabrication pour une pièce modélisée dans l’environnement tôlerie (How to save a flat pattern as a .dxf file in Solid Edge).

 

Les logiciels de programmation ont tous un certain niveau de compréhension des besoins de programmation selon s’ils sont conçus par un fabricant de machine ou par un éditeur de logiciel indépendant.

 

Le logiciel de programmation en question est act/cut, il est édité par l’entreprise française Alma et est indépendant des fabricants de machine. La force d’act/cut est dans sa capacité d’adaptation pour communiquer avec plusieurs types de machine dans le même environnement et dans ses algorithmes

de calculs pour l’imbrication des pièces (« nesting » en bon français).

 

Le format le plus courant pour l’échange des dessins est bien sûr le format .dxf.C’est pourquoi il est logique pour Solid Edge d’exporter dans ce format avec la commande Sauvegarder déplié. Il est également logique qu’act/cut importe ce type de fichier sans problème. act/cut peut également importer la majorité des fichiers natifs des logiciels CAO bien connus à l’aide d’un utilitaire qu’on ajoute à la base d’act/cut.

 

Lorsqu’on ouvre un .dxf dans l’application Drafter d’act/cut, un filtre peut être appliqué soit par niveau (« layer »), par couleur ou par combinaison niveau-couleur. Ce filtre permet donc d’éliminer les éléments superflus pour la préparation de la découpe dès l’ouverture. Par exemple : les dessins 2D contiennent souvent des dimensions sur un niveau spécifique, puisqu’on ne les veut pas, on élimine ce niveau dès l’importation du .dxf.

 


 

Fig. 1- Filtres de niveaux dans act/cut.

 

Des paramètres d’act/cut permettent d’indiquer à l’avance quels niveaux ou couleurs doivent être exclus ou inclus et aussi de quel type de contour il s’agit. S’agit-il de géométrie à couper ou à graver, ou seulement de la construction ou encore du décor. Ceci permet de convertir des fichiers en lot.

 

Solid Edge fournit déjà les paramètres permettant de contrôler ce filtrage de niveau dans la fonction de sauvegarde du déplié. Une fois réglés, ces paramètres sont enregistrés par Solid Edge afin de ne pas avoir à les redéfinir à chaque fois.

 


 

Fig. 2- Filtre de niveaux dans Solid Edge.

 

Plusieurs autres aspects sont à considérer pour déterminer quel rôle joue chaque logiciel dans la fabrication d’une pièce. J’en parlerai dans un article à venir.

 


comments powered by Disqus